Explosions en Iran : Téhéran accuse Israël et les États-Unis d’avoir tué une centaine d’Iraniens

L’incident a eu lieu pendant une cérémonie marquant l’anniversaire de la mort en 2020 de l’ancien chef des Gardiens de la révolution.

Plus de 200 personnes ont été tuées et plus de 200 autres blessées dans deux explosions près du cimetière de la ville de Kerman, dans le sud-est de l’Iran, où est enterré le général Qassem Soleimani, ont rapporté les médias iraniens. 

Ces explosions, qualifiées par l’Iran d' »attaques terroristes », se sont produites lors du quatrième anniversaire de la mort de Soleimani, ancien commandant de la Force Qods des Gardiens de la révolution, tué dans une attaque américaine à l’aéroport de Bagdad.

Le président iranien ainsi que l’actuel chef de la force Quds des Gardiens de la révolution ont rapidement pointé la responsabilité des Etats-Unis et d’Israël. « L’entité sioniste paiera le prix de ce crime », a déclaré Ebrahim Raïssi.

Réagissant à ces accusations, le porte-parole du Département d’État américain a affirmé que les États-Unis n’étaient pas impliqués dans l’explosion, et a estimé qu’Israël ne l’était pas non plus. « Nous n’avons aucune raison de penser qu’Israël est impliqué dans cette explosion », a dit le porte-parole.  

Selon une source citée en Iran, les explosions résultent de l’activation à distance d’explosifs et se sont produites sur la route menant au cimetière, où se déroulait une cérémonie en mémoire de Soleimani, alors que des centaines de personnes étaient en route vers le site. 

Le maire de Kerman a déclaré à l’agence de presse iranienne ISNA que les explosions se sont produites à environ 10 minutes d’intervalle près du tombeau des « martyrs anonymes ». Initialement, il a été rapporté que les explosions étaient dues à des réservoirs de gaz, mais plus tard, le vice-gouverneur de Kerman a indiqué qu’il s’agissait d’une « attaque terroriste ». 

L’agence de presse Mehr a affirmé que la deuxième explosion a touché les forces de sécurité organisant les événements en mémoire de l’ancien commandant de la Force Qods.

Qassem Soleimani, figure clé du régime iranien et personnalité très populaire en Iran, a été tué en janvier 2020 à l’âge de 62 ans lors d’une attaque de drone américain en Irak. Ayant servi durant la guerre Iran-Irak de 1980-1988, il a ensuite gravi les échelons pour devenir le chef de la Force Qods, une branche des Gardiens de la révolution chargée des opérations extérieures de l’Iran. 

Sa mort a conduit le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, à déclarer trois jours de deuil national.

En juillet dernier, l’Iran a affirmé avoir démantelé un « réseau terroriste lié à Israël », qui aurait planifié des attentats dans plusieurs provinces du pays. Les Iraniens ont prétendu que les membres du réseau avaient également prévu de faire exploser le mausolée de Qassem Soleimani. 

L’incident d’aujourd’hui survient au lendemain de la mort de Saleh al-Arouri, numéro deux du bureau politique du Hamas, au Liban, dans une attaque imputée à Israël. 

Tiré de I24News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.