Ifasic : Le comité Kambayi Bwatshia sur une chaise éjectable

Jadis considéré comme un modèle de fonctionnement, l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (Ifasic) n’inspire plus confiance.

L’établissement ayant perdu de tout son prestige. « Le comité passé avait laissé l’Ifasic presqu’à l’agonie, le comité actuel est venu l’enterrer », entend-t-on des bouches et autres agents administratifs.

Un désordre entretenu par le Pr Tony Kanyinda, le tout puissant Directeur de cabinet du Recteur Jean-Richard Kambayi Bwatshia. Venu de l’UPN, Tony Kanyinda est considéré comme la personne qui dirige réellement l’Ifasic. Pendant ce temps, le Secrétaire général académique et son collègue chargé de la Recherche se chamaillent par médias interposé. 

C’est du côté de l’enseignement que tout est déréglé. Tenez ! Les résultats de la première session des étudiants inscrits en L2 avaient été affichés le jeudi 30 novembre, ceux qui ont échoué (presque tous) étaient obligés de faire les examens de la deuxième session un jour après. 

Ceux inscrits en G3, délibérés le mercredi 27 novembre, démarrent leur deuxième session le lundi 4 décembre. Pour eux, ils doivent au même moment passer leurs examens et défendre leurs TFC. « Le mercredi,  j’aurai examens 8 à 12 heures et je défendrai mon tfc le même jour à 13 heures », nous a confié une étudiante inscrite en G3B.

Avec les désordres qui émaillent le fonctionnement de cette institution universitaire qui a formé tous les meilleurs journalistes de la RDC et de certains pays limitrophes, les étudiants se tournent vers le ministre Muhindo Nzangi pour lui demander de sauver le « navire Ifasic » avant qu’il ne soit trop tard.

Tous s’accordent à dire que la mésaventure du recteur Kambayi Bwatshia et son club d’amis doivent connaître une fin. Vivement un nouveau comité de gestion capable d’insuffler un nouveau vent à l’Ifasic.

Rédaction 

Une réponse

  1. Ifasic n’est pas un champ de bataille pour le moment. Ce sont des ordres du gouvernement par rapport aux élections de décembre 2023. Et c’est normal. S’il y a un grand retard par rapport à cette fin d’année surtout, il faut poser la question aux grévistes de l’API et même si cela ne suffisait pas, une équipe dynamique de commérages et songio songio joue bien son rôle pour revenir sur les fauteuils roulants comme l’autre fois où chaque décembre était considéré comme un mois de mpiaka et malheur car la prime interne ne durait que 10 mois et le reste pour la pagaille. C’est grâce à ce Comité de Gestion que nous avons un nouveau constat sur les questions d’hommes et d’honneur avec les primes qui rassurent…
    Ifasic n’est pas un lieu de bataille pour les membres du Comité de Gestion. C’est faux. Il faut seulement apprendre à apprécier les actions des autres même quand on n’aime pas l’ordre…
    Les étudiants politiques font tout pour leurs maîtres qui ne sont que des faux têtes. C’est pourquoi ils ne viennent pas étudier mais, à la recherche des failles comme tout ennemis du pouvoir…
    Arretez nous avec vos grèves sans scrupules et sans but humanitaire. On ne cherche que des avantages égoïstes et avides. Où est la place des administratifs dont on parle dans tout. Un directeur ne gagne rien que le bas d’un assistant… On ne peut pas diriger une institution dans l’acharnement thérapeutique des détracteurs. Ce pays mérite mieux que des chercheurs des querelles qui ne nous avancent en rien…
    Restons prudents avec Fatshi béton. Consolidons les acquis. À bon entendeur, salut…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.