Entreprises publiques : 100 jours après la notification de son comité, l’ONPA sans bureaux, pas aligné dans le budget 2024…

Nommé le 9 juillet 2023 par Félix Tshisekedi, le comité de gestion de l’Office National de Pêche et Aquaculture (ONPA) broie du noir. 100 jours après la notification du comité de gestion, la Présidente du Conseil d’Administration (PCA) Henriette Wamu et son équipe ne sont pas dans les meilleurs conditions de travail.

A ce jour, se plaint-on, cette nouvelle entreprise créée par le chef de l’État ne dispose d’aucun bureau devant permettre ses gestionnaires à bien fonctionner.

Et pourtant, nos fins limiers attestent que la PCA Henriette Wamu a mené plusieurs démarches auprès des autorités compétentes et à certains ministères. Par ces démarches, le comité de l’ONPA était convaincu qu’un lieu de travail serait le cadre idéal qu’il puisse mettre en action des stratégies arrêtées pour faire assoir la nouvelle entreprise du Portefeuille de l’État.

Mais qu’à cela ne tienne, Henriette Wamu et son équipe n’ont jamais eu une réponse sur cette épineuse question des bureaux de manière à leur donner davantage la motivation de persévérer.

L’ONPA a, entre autres 

missions, la mise en place 

des infrastructures de pêche et 

d’aquaculture afin de contribuer 

à une meilleure transformation 

et conservation des produits 

d’aquaculture. 

Cette entreprise publique fait partie des outils de  lutte contre l’insécurité alimentaire en RDC. Une mission plus que noble pour cette puissance  halieutique qu’est le bassin du Congo et qui compte également un patrimoine lacustre 

riche, parmi les plus poissonneux au monde. 

Mais paradoxalement, contrant d’importer des poissons (chinchards ou thomson) depuis l’extéreur principalement de la Namibie.

Conscient de la responsabilité qui est la leur face à l’urgence 

qu’impose le défi du social du 

congolais, l’heure doit être à 

l’action. Mais cette situation désastreuse plombe le bon fonctionnement de l’ONPA, 100 

jours se sont écoulés, depuis 

que les membres du conseil 

d’administration ont reçu leurs 

notifications de mains du ministre du Portefeuille.

En bon manager, Henriette Wamu n’attend pas croiser les bras. Elle continuer à se battre pour que l’ONPA soit debout. C’est dans ce sens qu’elle a personnellement financé la tenue de deux conseils d’administration avec ses propres moyens.

Henriette Wamu estime qu’elle a un parcours à défendre. « Si on veut accompagner le chef de l’état, on devra respecter ses structures créées », s’est-elle confié au NOUVEAUMEDIA.CD. Voilà pourquoi elle a tenu à remercier le chef de l’Etat pour la confiance et pour avoir daigné pensé à nommer les mandataires à l’ONPA. 

RK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.