Congo Airways sans avion : Où sont passés les huit appareils neuf promis par Félix Tshisekedi en 2019?

Facebook
Twitter
WhatsApp
LinkedIn

La RDC est officiellement sans avion depuis le lundi 11 septembre. Congo Airways, l’unique compagnie d’aviation de l’État, a annoncé de cesser ses activités suite à un manque criant d’appareils et l’a fait.

Officiellement, Congo Airways a mis fin pour un temps ses activités pour réorganiser ses outils d’exploitation « dans le souci de garantir la sécurité de ses passagers conformément aux normes de l’IATA dont elle fait partie et du fait de ses certifications IOSA.

Mais en clair, cette société du Portefeuille de l’État éprouve d’énormes difficultés financières. 

En 2017, deux ans seulement après son lancement, le capital social de Congo Airways passait de 75 millions à 117 millions de dollars. Aujourd’hui, la compagnie a une dette de 97 millions, a précisé le Directeur Général de cette entreprise interviewé par Top Congo.

Il a même envisagé de recourir à la location d’avion car, a-t-il dit, un avion n’eut coûte 55 millions USD et ne sera pas disponible avant 2030 alors qu’un avion d’occasion coûte 24 millions USD.

En un mot, le Directeur Général de Congo Airways déclare que son entreprise a besoin de 33 millions USD pour se relancer. Ce qui traduit la légèreté avec laquelle le régime Tshisekedi gère la Res Publica. 

Il est facile de critiquer le Gouvernement Matata sous Joseph Kabila pour avoir acheter quatre avions d’occasion avec l’argent du Trésor public. Mais en 2019, quelques mois après son arrivée au pouvoir, Félix Tshisekedi avait promis à Congo Airways huit avions neufs d’ici 2020.

Trois ans après cette promesse non tenue, les l’opinion nationale se rend compte qu’il est facile à un opposant de critiquer qu’à un dirigeant de gérer. La situation de crise dans laquelle Congo Airways est plongée n’est que le résultat du rayonnement et de manque du choix au sommet de l’État.

Autant d’argent du Trésor public gaspillé dans des futilités comme l’idée d’offrir des Palissades aux élus juste pour s’acheter une majoritaire parlementaire en lieu et place d’investir dans le sens de soutenir l’économie nationale.

R.K

Facebook
Twitter
WhatsApp
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.
YouTube
LinkedIn
Share
Instagram