Élections en RDC : L’AETA en atelier sur la construction des stratégies de mobilisation et revendications citoyennes

La plateforme des ONG de la Société civile « Agir pour des élections transparentes et apaisées » (AETA) organise, depuis ce mardi 13 juin, un atelier axé sur la construction des stratégies de mobilisation et revendications citoyennes.

Ces assises de deux jours, soit du mardi 13 au mercredi 14 juin connaît la participation des syndicalistes, experts électoraux… Elles visent à contribuer à l’amélioration de la qualité de la mobilisation et des revendications citoyennes. Ceci, en vue des élections transparentes, inclusives et apaisées ainsi que la gouvernance démocratique en RDC.

En organisant cet atelier, l’AETA attend des participants notamment des stratégies plus adaptées, plus appropriées et plus efficaces construites comme une alternative au regard de l’évolution du contexte en vue d’une véritable gouvernance démocratique en RDC.

Lors de la première journée, les participants à l’atelier ont intervenu chacun sur le corps social respectifs par rapport à son domaine. Ils ont également analysé les succès, les échecs, les potentialités et les obstacles de l’action de revendication de la Société civile hier et aujourd’hui. Sans oublier les principaux défis et des perspectives.

C’est dans ce contexte que M. Guy Mudumbula a abordé la question sur « le SEPO des stratégies de mobilisation et de revendication de la société civile congolaise face à l’évolution du contexte démocratique en RDC ». Un autre intervenant, M. Jean-Michel Mvondo, secrétaire exécutif du RECIC, a évoqué l’ « importance de la mobilisation et de revendication citoyennes dans une gouvernance démocratique ».

Depuis 2005, l’AETA constate que « les cycles électoraux sont souvent confrontés aux multiples résistances de la part des gouvernants, notamment les pouvoirs organisateurs ». « Les institutions issues de ces cycles électoraux non consensuels ne parviennent pas souvent à satisfaire aux besoins et attentes des populations », affirme cette organisation.

S’agissant de la période 2019-2023, la plateforme des ONG de la Société civile explique que « le cycle actuel est caractérisé, depuis son lancement après la mise en place des animateurs des institutions issues des élections de 2018, par une crise des confiance entre les différentes parties prenantes, surtout entre les acteurs politiques de l’opposition et ceux de la majorité au pouvoir ».

Ces revendications populaires essentiellement portées par les organisations de la société civile notamment les mouvements pro démocratie, les dynamiques des jeunes, les ONGD, confessions religieuses…procèdent traditionnellement des diverses approches d’intervention, a relevé l’AETA.

Voilà pourquoi, AETA, en tant que plateforme de la société civile œuvrant pour la consolidation de la démocratie, s’engage à offrir aux acteurs de la société civile dans sa diversité, un cadre où espace d’analyse et de réflexion. Ceci en vue de la construction des stratégies de mobilisation et revendication citoyennes qui soient novatrices, efficaces, efficientes, et productives à même d’influencer l’action de la gouvernance au profit des titulaires de droits.

Rachidi MABANDU 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.