Crise au Sénégal : Après deux jours de violentes manifestations, le bilan s’alourdit

Le bilan des manifestations antigouvernementales au Sénégal s’est alourdi à 15 morts, a annoncé la police ce samedi, après deux jours de heurts entre les forces de l’ordre et des manifestants protestant contre la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko.

La plupart des quartiers de Dakar semblaient calmes samedi, mais les tensions restent vives après les violentes manifestations qui ont fait six morts vendredi dans plusieurs villes, a déclaré un porte-parole de la police par téléphone.

Jeudi, neuf personnes ont été tuées dans les affrontements qui ont éclaté après l’annonce de la condamnation d’Ousmane Sonko à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse ».

Verdict politique

L’opposition affirme que le verdict, qui pourrait empêcher Ousmane Sonko de présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2024, avait des motivations politiques.

À Dakar, des foules de manifestants aux visages masqués ont mis le feu à des pneus et divers objets et ont affronté les forces de l’ordre.

La foule a brisé des vitres et pillé au moins deux stations-service durant la nuit de vendredi à samedi dans les communes de Ouakam et de Ngor à Dakar, tandis qu’un supermarché situé dans la commune densément peuplée de Grand Yoff a été incendié et saccagé. Des décombres jonchaient les routes brûlées par des incendies.

Renforts de l’armée

« La police n’a rien pu faire, ils étaient trop nombreux. La police a dû partir après plusieurs tentatives de contrôle de la foule à l’aide de grenades lacrymogènes », a déclaré Khadija, qui réside près du supermarché saccagé.

Des scènes similaires ont été observées vendredi dans d’autres régions du Sénégal.

Le gouvernement a fait appel à l’armée pour soutenir les nombreux policiers anti-émeutes encore stationnés dans la ville.

Plus d’une douzaine de soldats gardaient la station-service de Ouakam samedi. Les Nations unies, l’Union africaine et la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont condamné les violences.

Tiré du site « Intelligent »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.