Kuluna à Kinshasa : A Matete, les habitants appellent l’État à charger les FARDC de prêter mains fortes aux policiers [ENQUÊTE]

A Matete, une des communes les plus chaudes de Kinshasa, des vois s’élèvent parmi la population pour appeler l’État à charger les FARDC de venir prêter mains fortes aux policiers afin d’éradiquer les Kuluna. C’est le résultat d’une enquête menée par NOUVEAUMEDIA.CD.

Dans la commune de Matete à Kinshasa, les gangsters appelés kuluna font la loi comme si l’État n’existait pas, déplorent les habitants de cette municipalité du district de Mont-Amba.

Il ne s’y passe pas un jour sans qu’on enregistre un cas d’insécurité. Depuis le quartier Debonhomme, Malandi I et II, en passant par les quartiers Pululu et Bahumbu…des kuluna se sont organisés en bandes qui s’affrontent à n’importe quel moment.

Dans ces affrontements à ciel ouvert, les paisibles citoyens en payent les frais. Des vendeuses et autres passants sont dépouillés de leurs biens souvent sous l’oeil passif et inactif des Policiers.

Il est vrai que une majorité des habitants de Matete pointent d’un doigt accusateur les policiers de ne pas être en mesure de se soumettre à leur mission pour faire régner la sécurité. Mais en réalité, ces derniers, non seulement ils sont en petit nombre au vu du nombre de la population, sont également sous équipés.

Une enquête minute menée par NOUVEAUMEDIA.CD renseigne que la plupart des sous-ciat que compte cette municipalité ne disposeraient pas d’un nombre suffisance d’armes pour faire face à la délinquance de ces jeunes bandits.

Pas plus tard que le dimanche 28 mai, des affrontements entre kuluna de deux quartiers ont causé la mort d’un jeune garçon dont le corps est jusque-là gardé à la morgue. Les habitants des quartiers Pululu et Bahumbu craignent que le jour de l’inhumation d’autres affrontements opposent les deux camps.

Au phénomène kuluna, s’ajoute les enfants de la rue dit « shegués » qui ont pris les rails du train de l’ex-ONATRA comme leur domicile, repère. Ils dictent la loi le jour comme la nuit. Impossible pour les habitants des quartiers environnants de vitre en paix.

R.K

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Subscribe to our Newsletter & Event right now to be updated.